Port du Kimono

kimono japon

Cet article est prêt depuis quelques temps, mais je n’ai pas voulu le mettre trop vite après le précédent… pour la simple raison que comme on entre dans la saison des pluies, on passe une bonne partie de nos week-end dans des malls ou au karaoke^^ Donc je ne sais pas quand j’aurai du nouveau à raconter ensuite, on verra, je vais me creuser la tête !

En attendant, voici un petit article sur l’essayage de kimono que j’ai eu l’occasion de faire à l’école ! En effet, mon école organise chaque mois une petite activité portant sur la culture japonaise, et notamment tous les élèves ont droit à une séance photo en kimono. Bien sur on fait ça en petit groupe (nous étions 5 dans mon cas), car les 20 élèves de ma classe d’un coup ça ne serait pas possible !

(La photo de l’article est bien évidemment le résultat final pour mon petit groupe ! J’ai caché les visages car on ne sait jamais, mais sinon le mien c’était le rose !)

Une fois les cours de la matinée finis, les professeurs ont réuni mon petit groupe dans une salle au sol en tatami, pour ajouter au côté traditionnel. On a commencé par une rapide explication du port du kimono au Japon. Je parlerai ici du kimono pour fille, le plus connu. Il s’agit d’un vêtement traditionnel en soie et brodé de motifs qui évoluent selon les saisons (on retrouvera par exemple les sakura au printemps, et les momiji à l’automne) ou selon l’occasion. Il est maintenu par une large ceinture nouée dans le dos, et appelée obi. La longueur des manches va également varier, par exemple une jeune fille célibataire portera un kimono avec de longues manches, tandis qu’une femme mariée aura des manches plus courtes.

Un passage aussi concernant l’aspect financier… en effet, acheter son propre kimono nécessite un budget plus ou moins similaire à l’achat d’une voiture ! (facilement 10000-20000€) Or il n’y a que quelques cérémonies spécifiques où les gens vont porter le kimono, comme la cérémonie de passage à l’âge adulte ou le mariage (et encore, la robe blanche à l’occidentale devient assez populaire, ce que confirme le nombre de pubs et de magasins de robes de mariées que je croise). Du coup, il y a de moins en moins de japonais qui achètent leur propre kimono, certaines de mes professeurs n’en possèdent d’ailleurs aucun. Beaucoup ont alors recours à la location de kimono. Cela étant, une des professeurs nous a dit que pour un mariage par exemple, pour l’ensemble kimono (+ obi et accessoires), coiffure, maquillage, ça montait facilement jusque 3000€.

Après ces quelques explications, on passe à l’essayage. Et croyez-moi, les filles que vous croisez parfois au Japon vêtues de kimonos ont beaucoup de mérite !!! C’est un vêtement qui est très dur à porter, très serré à la taille et aux jambes, et très chaud également. Je me rappelle avoir vu tout une groupe de jeunes filles en kimono à Nikko, où ça grimpe quand même pas mal, maintenant que j’ai testé je me demande comment elles ont tenu la journée là-bas !

Photo by : Lucither LebenskunstOn commence par enfiler des tabi, des chaussettes qui montent jusqu’au chevilles avec le gros orteil séparé des autres. Puis, une première couche de tissus : une sorte de jupe nouée autour de la taille et une légère veste, qui feront office de « sous-vêtements ». On continue ensuite avec un sous-kimono, qui est un vêtement qui a exactement la même forme que le kimono final (y compris les manches longues) et qui sera maintenu à l’aide de plusieurs cordes. On commence déjà à avoir du mal à respirer (d’autant que celle qui s’occupait de moi y est allée à fond, j’ai du lui demander de desserrer un peu car je commençais à voir tout plein de jolis points noirs).

On passe ensuite au kimono final, celui en soie donc. Qu’on maintient encore avec quelques cordes autour de la taille (c’est toujours fun) avant de passer à la mise en place de l’obi. Le nouage de l’obi c’est tout un art, on y ajoute aussi un petit coussin pour donner du volume au nœud. Je crois d’ailleurs que le nœud varie aussi selon l’âge et l’occasion. Pour que l’obi reste bien plat, on glisse une plaque en plastique entre deux couches sur le devant. On noue ensuite une cordelette autour de l’obi, et on recouvre les cordages qui dépassent avec un tissu. Et voilà ! On peut à peine bouger et respirer, et on a chaud, mais c’est très joli ^^

Pour la touche finale, nous avons pu enfiler des zori, des sandales traditionnelles en tissus, assorties à nos kimonos ; et nous avions aussi un petit sac aux motifs de notre kimono. On sort alors faire un petit tour dans les bureaux ainsi vêtues, ce qui déclenche une avalanche de « kirei desu neeee !! » (soit « wow trop beau !! » avec tout l’enthousiasme japonais !) Nous avons retrouvé les garçons, dont le vêtement faisait plutôt samourai avec deux katanas à la taille, et c’est parti pour les séances photos ! (à ce sujet, quand il a fallu se mettre à genoux pour certaines avec le kimono qui coince les mouvements, c’était intéressant)

2 Commentaires

  1. Wow les kimonos sont magnifiques !!!
    Ça semble tellement difficile à mettre mais tellement passionnant ! Ça me fait un peu peur qu’ils serrent autant mais il doit bien y avoir une raison ><

    • La raison c’est peut être pour qu’on soit obligées de rester droites et de faire des jolis petits pas pour avancer… je sais pas^^. Perso au premier serrage j’ai cru que j’allais tomber dans les pommes, mais en y allant moins bourrin ça allait à peu près. Mais bon, je passerai pas la journée comme ça, surtout par les chaleurs actuelles !
      Après, c’est clairement super joli, amusant à faire et intéressant !

1 Rétrolien / Ping

  1. Anonyme

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*