J13 – Tokyo & Nikko

nikko japon

Lever tôt aujourd’hui pour se rendre à Nikko. A l’intérieur de la gare Ueno (après avoir passé les barrières), on est tombés sur une boulangerie qui était en bas de mon ancien appart à Paris: Dominique Saibron ! Du coup on a voulu essayer ce qu’ils proposaient ici, et on a emporté ça pour le manger dans le train. Comme on avait pas réservé, on a préféré aller prendre le Shinkansen à Tokyo plutôt que d’attendre son passage à Ueno. Le matin, c’est l’heure de pointe, et il y avait en effet beaucoup de monde qui attendait. Cela dit nous avons pu avoir une place sans problème, et déguster notre petit déjeuner… un croissant fourré au praliné… si c’est pas merveilleux^^.

Nous sommes donc restés dans le Shinkansen jusqu’à la station Utsunomiya, où nous avons changé pour prendre la Nikko Line. Une fois arrivés à la gare JR de Nikko, il faut compter environ 30mn à pied pour arriver jusqu’au site historique. Mais la route dans la ville est assez jolie et très bien indiquée, donc pas de problèmes (à part qu’il faisait super froid). Par contre, une fois sur site, oubliez les indications en anglais. Il va falloir reconnaître les kanjis des différents temples en regardant les billets associés… C’est assez décevant par rapport aux autres temples visités, qu’il n’y ai pas une petite brochure en anglais ou au moins simplement des panneaux, surtout pour une destination recommandée par tous les guides.

nikko japon

Enfin sinon, c’est vrai que les temples sont magnifiques. Nous avons pris un billet combiné qui permettait l’accès aux principaux. Le premier, Rinno-ji (à côté du guichet), était en réfection, nous avons donc juste vu l’intérieur. Par contre ils organisent des visites guidées pour les japonais, donc quand on est coincé derrière un groupe, et bien on a pas d’autre choix que d’attendre tous les 5 mètres qu’ils aient fini de parler (aucun espace pour doubler)… Sachant qu’on ne comprend pas ce qui se dit, et qu’il n’y a aucune légende en anglais, ça devient vite ennuyeux. Mais par contre, ça avait l’air marrant, donc si vous comprenez bien le japonais, enjoy !

On passe ensuite au Tosho-gu, qui est à priori le plus célèbre de Nikko. Décorations splendides, il y a notamment la présence des 3 singes « emblêmes » du lieu: l’un n’entends pas le mal, l’autre ne dit pas le mal, et le dernier ne voit pas le mal. Il y avait aussi tout un groupe de jeunes filles en kimono en visite dans le temple, vraiment des tenues superbes. Par contre, pas forcément le plus adapté pour se promener dans la montagne je pense, mais bon ! Il y avait encore beaucoup de groupes d’enfants, et donc on s’est à nouveau fait aborder pour qu’ils remplissent leur cahier.

Dans le Tosho-gu, il est possible d’accéder à la tombe d’un des trois unificateurs du Japon, Tokugawa Ieyasu. Cette partie n’est pas incluse dans le billet combiné, il faut payer 500Y de plus pour y aller. Bilan, n’y allez pas, à moins d’être un passionné d’histoire japonaise. Vous montez un immense escalier et arrivés en haut, il y a en effet une tombe. Et un arbre creux qui a visiblement une signification particulière, mais encore une fois, aucune information. Du coup, si vous ne connaissez pas l’histoire d’Ieyasu, cette partie du temple ne présente pas un grand intérêt, et la partie comprise dans le billet est largement suffisante et jolie à voir.

nikko japon

Pour le repas il vaut probablement mieux redescendre en ville, car il n’y a pas beaucoup de choix. Pour manger à l’intérieur c’est assez cher. Nous avons mangé un bol de udon sur une petite table extérieure près du Tosho-gu, c’était bon mais on avait quand même bien froid.

On continuera ensuite avec le Daiyu-in, qui est très joli, à l’image du Tosho-gu, mais en plus intimiste. En plus, il n’y avait presque plus de touristes à cet endroit, c’était donc bien plus agréable. Comme toujours, on retire les chaussures, mais avec froid c’est tout de suite moins agréable ! Pensez à prévoir quelque chose de chaud pour une excursion à Nikko, car il faisait plutôt bon à Tokyo en partant, mais c’est quand même la montagne.

Pour finir, le dernier temple inclus dans le billet est le Futarasan. Temple tout petit, juste une salle en tatami, la salle à l’arrière n’était pas accessible. Visiste très rapide donc, avant de redescendre vers la gare, en passant bien sur par quelques boutiques de souvenirs. Notamment dans la grande rue qui descend vers la gare, il y avait une boutique de gravures sur bois très jolies.

Nikko nous laissera cependant une légère déception, nous en avions entendu beaucoup de bien, et les guides disent que c’est une étape obligatoire. Mais c’est probablement l’endroit où on s’est sentis le plus « étrangers », pas à notre place. Mais bon, c’est très joli, donc si vous voulez y aller, n’hésitez-pas. Sachez juste qu’il n’y aura pas d’autres informations que celles fournies par vos guides. Sur ce, nous sommes donc rentrés sur Tokyo via la Nikko Line puis le Shinkansen. Beaucoup de monde, mais nous avons trouvé des places non réservées en voiture de tête. Le voyage de retour nous a offert un ciel de crépuscule absolument superbe !

Cette fois, nous avons pu faire Akihabara avec les boutiques ouvertes ! J’adore l’endroit, il y a des trucs absolument partout sur tout plein d’animes, de jeux vidéos, de films… C’est une sorte de caverne aux merveilles :D. Plein, plein de cavernes en fait. Bref, il y a de quoi faire du bon shopping ! Nous avons ensuite dîné dans un sushi bar en haut du Yodobashi, avec une ambiance très sympa, avant de retourner à l’hôtel.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*