J2 – Tokyo

ueno tokyo japon

Paradoxalement, c’est quand le petit avion sur le plan de vol se trouve quasiment sur le point « Tokyo » que le temps s’allonge de plus en plus sous le coup de l’impatience. Envie d’arracher les collants de contention qui compriment les jambes, de s’étirer, de marcher, de sortir…

SAM_2275

Au final, le soleil se lève à travers le hublot et on contemple des montagnes accompagnées des dernières lumières des villes. Ca y’est, le Japon est sous nos pieds (enfin, encore à une certaine distance verticalement parlant). L’approche vers Haneda est assez perturbante, car on descend, on descend, on descend, mais uniquement au dessus de la mer, sans jamais esquisser le moindre virage vers la terre… Mais bon, on atterrira bien sur une piste solide à 5h30 du matin, la nuit déjà presque terminée. (Et oui, au Japon il fait jour très tôt !)

Sortis de l’avion, nous découvrons donc l’aéroport d’Haneda. Très joli, lumineux, propre… L’immigration se passe sans problème, nous n’avons même pas attendu. L’agent en face est très souriant, ce qui est agréable ! Après une petite attente pour récupérer nos valises, direction la douane. Encore une fois, personnel très sympathique, qui a même blagué avec Mathieu en tombant sur son ancien visa Japonais.

Comme il est à peine 7h, on se pose dans un café du niveau des arrivées pour petit déjeuner. Découverte également des premières toilettes japonaises avec tout un tas de boutons divers et variés. Comme j’ai peur de faire n’importe quoi et de mettre de l’eau partout, je préfère attendre l’hôtel pour jouer avec^^.

Direction le monorail qui relie Haneda à Hamamatsucho (Sud de Tokyo). J’achète une carte Suica, qui est une carte rechargeable utilisable dans les transports à Tokyo et aussi dans de nombreux distributeurs de boissons et combinis (petites boutiques ouvertes 24/24 où on trouve un peu de tout). Cette carte ne me servira au final que ce jour ci et le dernier jour, ainsi que pour les quelques fois où nous prendront des lignes non couvertes par le JR Pass. En effet, pendant les 14 autres jours, le JR Pass nous permettra de prendre certaines lignes essentielles sans payer.

Bref, passons au monorail. Petite gare toute jolie et propre, avec des monorails pour Tokyo toutes les… 5mn. Un samedi à 7h du matin. Il est loin le RER B. Il est d’autant plus loin que le monorail qui arrive pour nous est recouvert de Pokémon à l’extérieur comme à l’intérieur, voilà qui est coloré et sympathique ! (Bien plus que les tags…)

monorail haneda aéroport hamamatsucho tokyo japon pokemon

Une fois à Hamamatsucho, on prendra la ligne Yamanote (qui fait le tour de Tokyo) pour nous rendre à Ueno afin de déposer les valises à l’hôtel Touganeya. Petit instant « whoo le Japon c’est trop bien » dans la Yamanote, qui est spacieuse, propre, colorée, et surtout en voyant les 2 écrans au dessus des portes: un qui diffuse des pubs, un autre qui indique la station suivante, le côté où se trouvera le quai, les endroits où sont les sorties sur le quai, les correspondances, et le temps de trajet avant toutes les autres stations, le tout en Japonais et Anglais. C’est beau.

Une fois à Ueno, on trouve le Touganeya sans problème, c’est vraiment à moins de 5mn de l’entrée principale de la gare. On y laisse les bagages, et la chambre sera disponible à 13h.

Il est encore très tôt, mais comme le soleil est levé depuis longtemps on a l’impression qu’il est 10h du matin. Direction le parc de Ueno pour une petite balade. Je constate que quand on m’avait dit « tu verras il y a des distributeurs de boisson partout », ce n’était pas un euphémisme !! Il y en a… partout. Et plusieurs à la fois. C’est assez rigolo^^. On fait le tour du lac, qui est rempli de plantes énormes d’un côté, et sur lequel on peut se balader en bateau canard de l’autre (ou en bateau normal hein). Après je ne sais pas trop par où on est passés, mais toujours dans le parc on arrive à un petit sanctuaire/temple, qui sera donc le premier du voyage. On croisera également un groupe d’écoliers japonais en uniforme, quelque chose de nouveau pour moi… je ne savais pas encore que j’en croiserai des centaines ! On finit par s’asseoir sur un petit muret, en début de mode zombie, normal vu qu’on a pas dormi du tout dans l’avion.

ueno tokyo japon

Mathieu décide alors de m’emmener à Akihabara pour me réveiller ! C’est là qu’on tombera directement sur le Gundam Café en sortant de la gare… Et là je me dit qu’il va falloir y retourner absolument !! On se balade ensuite au Yodobashi, un magasin immense de 9 étages dont 6 ou 7 sont consacrés aux produits électroniques. Il y a absolument tout ce qu’on peut imaginer !!! Sauf des étuis pour Nexus S, en effet, comme je le constaterai tout le voyage, le Japon étant à la pointe de la technologie, soit on a le dernier appareil, soit tant pis. Snif, alors que je venais de l’acheter. Bref.

gundam café akihabara tokyo japon

On s’attardera un peu à l’étage qui contient tout un tas de goodies Final Fantasy, Gundam, et même Full Metal Panic, avant d’aller faire le tour du paté de maisons, afin de découvrir les immeubles recouverts d’immenses panneaux publicitaires et d’enseignes colorées. Ca fait rêver, mais on est vraiment éreintés alors on fait une petite pause dans un Starbucks avant de retourner sur Ueno. Là-bas, on va retirer nos JR Pass pour les 14 jours suivants, et on en profite pour réserver des places dans plusieurs Shinkansen. Le personnel est très serviable et sympathique, et le tout se fait très rapidement.

Tout ça, et il n’est qu’à peine midi. Un petit tour dans le quartier de Ueno et ses rues commerçantes nous mène devant l’un des innombrables karaoké peuplant les rues de Tokyo. En tant que grands amateurs, on décide d’y faire un tour une petite demi heure avant d’aller récupérer notre chambre. Pour ceux qui ont été avec nous au karaoké à Paris, oubliez tout. Là-bas, ce sont des immeubles entiers dont les étages sont remplis de dizaines de salles pourvues de banquettes confortables, de jolies tables, et de matériel moderne. Rien à voir avec la cave vers Opéra. Le choix des chansons s’effectue sur une tablette, et très sincèrement si Mathieu n’avait pas été capable de me dire où cliquer ça aurait été assez dur de mettre des chansons ! Il faut aussi prendre une boisson, qui nous sera apportée dans la salle. (Attention, « white water », c’est pas de l’eau, c’est de l’eau au sucre, berk). A partir de là, le choix est immense ! J’ai également été agréablement surprise de trouver des clips avec de vraies images de Gundam quand j’ai tenté certaines chansons. Ha c’est sur, c’est différent des clips de karaoké basiques^^

ueno tokyo japon

Après cette sympathique expérience, qu’il faudra bien évidemment renouveller, nous avons été acheter quelques sushis au Lawson en bas de l’hôtel (un combini), avant de récupérer la chambre. En effet, le décalage et le manque de sommeil faisait qu’on avait absolument pas faim, donc on a englouti ces quelques sushis, et fait une sieste de 2 heures afin de recharger nos batteries pour repartir à nouveau.

Une fois en forme, nous sommes retournés à Akihabara chercher un adaptateur secteur au Yodobashi (le notre ne fonctionnait pas avec nos grosses prises). Et là, ce fut un grand moment de galère, pour rien. On trouve très facilement un adaptateur qui visiblement s’adapte aux prises Japonaises. Sauf que, sur l’emballage est écrit « unusable in Japan ». Et ce sur tous les produits similaires. On demande à 3 ou 4 vendeurs, qui nous envoient à divers endroits du magasin, mais toujours le même problème. Jusqu’à ce qu’on nous confirme que c’est juste que comme c’est vendu au Japonais, c’est pas supposé être utilisé avec des appareils Japonais, mais que sinon oui, pas de soucis, ça marchera. Comment perdre 30 minutes !!

yodobashi camera akihabara tokyo japon

Ensuite, nous avons pris la Yamanote direction Shibuya, afin de faire un petit tour rapide pour y voir les lumières des panneaux publicitaires, le carrefour où on peut traverser partout en même temps dans tous les sens, et faire un petit tour au Shibuya 109, endroit où on vend des vêtements pour filles qu’on imaginerait jamais porter. Nous retournons ensuite dîner vers Ueno, dans un petit restaurant où on dégustera des tempuras accompagnées de soba pour Mathieu et udon pour moi. Avant de rentrer, Mathieu souhaitait me montrer le Pachinko, jeu auquel sont consacrés des buildings entiers tellement les Japonais en sont fans. Personnellement, j’ai tenu 10 secondes dans le hall, le bruit m’a donné l’impression d’entrer dans un réacteur d’avion.

Nous avons vu beaucoup de choses ce premier jour et tout est allé très vite, mais il faudra bien sur approfondir tout ça à notre retour à Tokyo après un petit tour dans le reste du pays qui commencera après une bonne nuit de sommeil !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*